Rechercher

Le livre de la jungle et ses dépendances affectives


Nous ouvrons le livre amoureux

Peut-être jeune mais parfois vieux.

L’âge n’est pas un critère

Pour ces prédateurs solitaires.

Narcissiques, jaloux, possessifs, manipulateurs

Et encore d’autres adjectifs toujours aussi enjôleurs,

Sont leurs atouts pour nous faire douter de notre valeur.

Un handicap peut se loger

Dans le psychique des cœurs esseulés.

Il est embarrassant

D’être épris autant

Par des êtres qui s’accaparent nos pensées,

Pour nous rendre faible et désabusé

Face à ce serpent tortueux

Qui nous émeut.

Ainsi, obligé de l’aimer

Nous voici ensorcelé !

Comment se défaire de nos liens si pesants,

Qui sont depuis la nuit des temps

Associés au reptile qui corrompt la femelle.

Envoûtant, tel un caméléon

Il se cache entre deux sexes

Prêt à défendre l’intérêt des plus passionnés

Devenus les rois de leur jungle tant aimée.



Est-ce un handicap d’être dépendant affectif ?

Lorsque l’on parle du handicap on a tendance à mettre en lumière les problèmes physiques et à négliger les troubles psychiques, pourtant certains en souffre. Être un tombeur n’est pas une pathologie mais la mythomanie est une maladie que quelques uns ne se doutent pas d’avoir chopée, non pas comme une MST mais plus une souffrance sans doute de ne pas être écouté.

Je n’écris pas ceci pour défendre ou donner raison à quelques parties, mais raconter une expérience sur ma vie amoureuse et la psychologie des garçons que j’ai rencontrés, ceux qui prenaient plaisir dans la manipulation, il y a sans doute d’autres troubles à analyser.


Ayant un handicap j’ai longtemps cru que c’était à cause de cette chose dite « non normale » que je trimbalais sur moi que l’on ne pouvait m’aimer qu’à moitié (ayant eu une hémiplégie infantile, mon coté droit est différent du gauche et non dans les codes esthétiques de beauté de la société). Presque tous m’ont dit : « Je n’ai pas envie d’être affiché avec toi, tu n’es pas assez belle », je ne pense pas être la seule à qui on ait pu dire cela, mais forcément « amoureuse » ou plus dépendante de leur affection, pendant une période de ma vie, j’ai pensé qu’ils avaient quelque part raison même si au fond de moi une voix me soufflait que c’était des crétins et que j’étais magnifique. Nous sommes tous incroyablement beaux, on commence à le percevoir lorsque l’on se regarde physiquement mais aussi dans le développement personnel afin de connaître au moins un peu qui nous sommes. Avec le recul, je m’aperçois que ces mots tels que « tu n’es pas assez belle pour être avec moi » étaient un prétexte pour eux de ne pas s’investir émotionnellement et par ce rejet, un moyen de contrôler mon trop d’amour que j’étais si désireuse de partager avec une personne qui ne désirait pas m’aimer.


Comment savoir que la personne se joue de nous ?

Il a pourtant l’air sincère dans ses déclarations d’amour mais les mots ne se transforment pas en preuves matérielles, non pas dans un cadeau superficiel mais tout simplement en geste tendre.

Une personne qui vous aime n’a pas le besoin constant de mentir comme par exemple, dire qu’il est célibataire alors que maintenant, avec les réseaux sociaux il est facile de voir la vie de tous, ce qui peut être un désavantage pour les manipulateurs mythomanes. Nous pouvons nous poser des questions comme pourquoi ne me montre t-il pas l’endroit où il habite ou ne m’emmène t-il pas chez lui ? Ce n’est pas parce qu’il est timide mais parce qu’il partage sa vie avec une autre.

Il y a encore d’autres exemples mais pour ma part ce qui m’a fait le plus mal se sont les mêmes phrases de plusieurs amoureux que j’ai eus. « Tu n’es pas assez bien pour moi » me poursuit encore et c’est peut-être aussi pour cela que je ne suis plus amoureuse du premier qui voudra m’aimer. L’amour de soi permet de démasquer les usurpateurs de l’amour. Apprendre à se connaître est important dans la découverte de soi car l’on explore les mystères de nos déceptions amoureuses.


Pourquoi sommes-nous le gibier de ces singes qui « veulent devenir un homme » ?

C’est comme cela ma pauvre Lucette, tu dois avoir des problèmes de confiance en toi et recherche dans l’homme une sorte de boussole qui fera marcher ton existence. Nous ne vivons pas à travers ou pour quelqu’un mais pour nous-même. Quelles sont vos envies, vos rêves, vos aspirations dans la découverte de ce monde ? Avez-vous l’honnêteté envers vous même de reconnaître d’avoir été sous l’emprise d’une addiction émotionnelle ?

Partagez en commentaire, si vous le désirez vos expériences car nous sommes tous des êtres d’amour dans ce bel univers.

67 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout